MAD MAX 2 LE DEFI

MAD MAX 2 : LE DEFI

Australie
1981
Science-fiction
1h31

date de sortie en France : 11 août 1982

Protection-des-mineurs-10.gif

avec
Emil MINTY (l'enfant sauvage)
et Mel GIBSON (Max Rockatansky) Bruce SPENCE (le pilote de l'hélicoptère) Kjell NILSSON (le seigneur Humungus)

le sujet
MAD MAX 2 : LE DEFI
Après avoir vu sa famille et son collègue massacrés par une bande de motards, Max Rockatansky vit désormais en marge, sillonnant les routes de ce pays livré à la violence et à la loi du plus fort au volant de son bolide.

le réalisateur
MAD MAX 2 : LE DEFI
George
MILLER est un né le 3 mars 1945 à Chinchilla, dans le Queensland, en Australie.
Il entreprend des études de médecine avant de s'orienter vers le cinéma.
En 1971, il écrit et réalise un court métrage intitulé Violence in the Cinema : Part 1 qui remportera deux prix de l'Australian Film Institute Awards et sera présenté aux festivals de Sydney et de Moscou.

George connaît son premier grand triomphe avec son long métrage Mad Max, un road movie apocalyptique et violent, interprété par un Mel Gibson totalement inconnu, et qui fut largement censuré en raison de nombreuses scènes de violence.
Fort de ce succès, le réalisateur signe deux suites.

Le cinéaste débarque à Hollywood, réalise le dernier court-métrage de La quatrième dimension, considéré comme le meilleur, puis Les Sorcières d'Eastwick, avec Jack Nicholson et Susan Sarandon.
En 1995, George produit et écrit Babe, le cochon devenu berger. Il renouvelle l'expérience, en tant que réalisateur cette fois-ci, avec Babe 2, le cochon dans la ville.
Après une éclipse de 7 ans, George Miller revient à la réalisation en mettant en scène un manchot de l'Antarctique dans Happy Feet, film d'animation à succès qui remporta l'Oscar du meilleur film d'animation en 2006.

les enfants

Seul film pour Emil MINTY, d'origine australienne qui, aujourd'hui, serait gestionnaire d'un magasin de bijoux à
Sydney.

les commentaires 

Contrairement au film précédent qui avait un contenu assez politique, on est ici dans un film de type post-apocalyptique plus classique, où la violence est un peu plus explicite. Plus de trace d'un état organisé, on est dans le cadre d'une guerre de clans, une sorte de western mécanisé.

C'est le film qui a convaincu Steven Spielberg, que George Miller serait un excellent choix, pour réaliser un des courts métrages du film La quatrième dimension.

Le film fait suite à Mad Max (1979) et sera suivi par Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre (1985), tous les deux signés George Miller.

 gare aux gaffes

Au début du film, quand Max s'arrête devant l'engin volant, on le voit sortir de sa voiture avec son pied de biche dans la main gauche.
Mais, filmé de l'extérieur, le pied de biche est dans sa main droite.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.