COMMENT JE ME SUIS DISPUTE... (Ma vie sexuelle)

France
1994
Comédie dramatique
2h58
date de sortie : 8 août 1997

En compétition au festival de Cannes
César :
Meilleur espoir masculin (Mathieu Amalric)
Nomination au prix du meilleur espoir féminin (Jeanne Balibar)
Nomination au prix du meilleur espoir féminin (Emmanuelle Devos)

avec
Jonathan REYES (Bob enfant)
et Mathieu AMALRIC (Paul Dédalus) Emmanuelle DEVOS (Esther) Marianne DENICOURT (Sylvia) Denis PODALYDES (Jean-Jacques) Jeanne BALIBAR (Valérie)

le sujet

Paul Dédalus, normalien et trentenaire parisien, est maître-assistant en philosophie à l'université de Nanterre.
Il ne parvient ni à finir sa thèse, ni à se séparer d'Esther avec qui il est depuis dix ans.
Outre ses problèmes de cœur, une question le taraude : pourquoi s'est-il brouillé avec Frédéric Rabier, son nouveau collègue et ancien ami de la rue d'Ulm ?

le réalisateur

Arnaud DESPLECHIN est né le 31 octobre 1960 à Roubaix.

Décidé à faire du cinéma depuis sa jeunesse, il intègre l'IDHEC (l'ancêtre de La Fémis). Il y rencontre plusieurs de ses futurs collaborateurs dont Pascale Ferran, Noémie Lvovsky et Éric Rochant à sa deuxième tentative. Arnaud sort diplômé de la section Réalisation et prises de vue en 1984.
Après son diplôme, il travaille comme directeur de la photographie et participe au scénario d’Un Monde sans pitié (1989) d'Éric Rochant.
En tant que réalisateur, notons le court-métrage La Vie des morts (semaine de la critique au festival de Cannes, Prix Jean-Vigo du court-métrage), La Sentinelle, (premier long, en compétition à Cannes et nommé aux Césars (meilleur premier film, meilleur scénario original).
Fin 1994, Arnaud démarre le tournage de Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle). La présence du film au Festival de Cannes et aux César, ainsi que son succès critique assoient Desplechin comme un auteur important des années 1990. Certains journalistes parlent alors de génération Desplechin pour décrire le jeune cinéma français.
Suivront Esther Khan, l'adaptation de Dans la compagnie des hommes d'Edward Bond. Rois et Reine, (Prix Louis-Delluc et César du meilleur acteur pour Mathieu Amalric).
L'aimée voit Desplechin filmer son père, son frère Fabrice et ses neveux dans la maison familiale de Roubaix, à la veille de la vente de celle-ci. Ils évoquent le souvenir de la grand-mère d'Arnaud, morte deux ans après la naissance de son père.
C'est la deuxième incursion dans le documentaire du cinéaste après l'expérience autour de Dans la compagnie des hommes. Le film est présenté à la Mostra de Venise, dans la section Horizons Documentaires, où il reçoit, de la province autonome de Trente, le prix du meilleur documentaire.

Un conte de Noël reprend le canevas de La Vie des morts, et présenté en compétition au 61e Festival de Cannes.

les enfants

Jonathan REYES est né le 3 juillet 1984, à Paris.
Il débute sa carrière au cinéma, à neuf ans, puis apparaîtra à la télévision dans P.J., L'instit', Le refuge, Navarro, Central nuit, Commissaire Moulin.
En 1999, il a été nommé aux Lutins du court métrage, comme meilleur acteur, pour son rôle dans Mon copain Rachid, qui eut un franc succès dans divers festivals.
On retrouve Jonathan au cinéma, dans Papillons de nuit (2002), Capitaine Achab (2007), Les hauts murs (2008).
Aujourd'hui, Jonathan a grandi, est marié et aborde des rôles d'adulte comme dans La mauvaise réputation, un biopic télévisé revenant sur la jeunesse de Georges Brassens.

les commentaires


Dans Les inrockuptibles, Frédéric Bonnaud a souligné la densité thématique et l'épaisseur romanesque inhabituelles dans le jeune cinéma français, et suppose déjà, dès sa sortie, que ce sera un grand film générationnel.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.